Any use of the letters GAPS on this website are used solely as an acronym for Gut and Psychology Syndrome
 

GAPS Family - a family struggling with mental and physical problems, such as autism, hyperactivity and attention deficit, dyslexia, dyspraxia, depression, schizophrenia, bipolar disorder, obsessive-compulsive disorder, eating disorders, epilepsy and more

La famille GAPS

Vous pouvez lire dans le livre GAPS le chapitre consacré à la famille, qui vous permettra de faire connaissance avec la famille GAPS typique. Les informations ci-dessous se veulent complémentaires aux aspects déjà abordés dans le livre.

Préparer la venue d'un nouveau bébé dans la famille GAPS

Les parents qui ont déjà un enfant souffrant d'autisme, d'hyperactivité avec déficit d'attention, de dyslexie, de dyspraxie ou de tout autre symptôme GAPS sont à juste titre prudents lorsqu'ils envisagent une nouvelle grossesse. Personne n'aspire à donner naissance à un autre enfant affecté d'une pathologie mentale ou physique. Pour vous donner les meilleures chances de donner vie à un beau bébé en pleine santé, il est important de commencer à y penser à l'avance. Et si vous attendez déjà un enfant, autant prendre immédiatement un certain nombre de mesures.

Préconception et grossesse

La mesure la plus importante avant de concevoir est de revoir l'alimentation des deux parents. L'état nutritionnel des futurs parents constitue en effet l'un des principaux facteurs de santé de l'enfant. Une fois la grossesse débutée, la mère veillera à conserver une alimentation saine. Le père peut évidemment s'en dispenser, mais s'il le fait lui aussi, il sera en bien meilleure forme (tant physique qu'intellectuelle) pour épauler sa compagne pendant toute la grossesse et au moment de la naissance.

En l'absence de signe notable de problème digestif, d'allergies, de fatigue chronique, d'apathie ou de tout autre symptôme GAPS chez les futurs parents, il est conseillé de suivre le régime GAPS complet pendant les 4 à 5 mois qui précèdent la conception.

En cas de symptômes prononcés de syndrome GAP chez l'un ou l'autre des parents, en particulier la future mère, il est vivement conseillé de suivre le protocole nutritionnel intégral jusqu'à ce que la santé s’améliore, avant de concevoir et à mener à bien une grossesse.
Si vous êtes déjà enceinte, débutez directement le régime GAPS complet. Lisez toutefois soigneusement la section consacrée au régime préliminaire et suivez les recommandations relatives aux aliments fermentés que vous introduirez progressivement (si vous n'en avez jamais consommés).

Pour en savoir plus sur le régime, lisez le livre GAPS et les rubriques appropriées de ce site ou prenez rendez-vous au centre de nutrition holistique.
Les considérations qui suivent sont des points complémentaires, importants :

• Évitez systématiquement tous les aliments industriels (c'est-à-dire l'ensemble des aliments conditionnés en paquets et en conserves), les boissons sucrées, les sucres et les additifs alimentaires. Évitez de manger hors de chez vous, car vous ne seriez pas en mesure d'échapper aux graisses, huiles, additifs alimentaires, protéines et féculents de mauvaise qualité, ainsi que bien d'autres ingrédients nocifs pour votre futur bébé. Cuisinez à la maison à partir d'ingrédients frais.

• Ayez à l'esprit que votre alimentation quotidienne doit être à environ 85 % constituée de viande, poisson frais, oeufs, produits laitiers fermentés, légumes et graisses naturelles de qualité. Les aliments sucrés : pâtisseries (à base de farine d’oléagineux et de fruits secs), miel et fruits seront réservés aux collations entre les repas.

• Consommez chaque jour du bouillon de viande et d'os fait maison sous la forme de soupes, de ragoûts ou de boissons chaudes. Ces bouillons présenteront, tant pour votre bébé que pour vous, des bienfaits inestimables : un système digestif et immunitaire en bonne santé, des os et des muscles solides, une bonne résistance. Consommez les viandes gélatineuses restant autour des os et des articulations après cuisson des bouillons. La consommation de bouillons de viande sous forme de boisson chaude (dans laquelle vous ajouterez yaourt et kéfir) vous aidera à vous protéger des risques d'infection tout au long de la grossesse.

• Soyez particulièrement attentive aux graisses que vous consommez, qui constituent les principaux facteurs de régulation de nos hormones reproductives. Ne consommez que des graisses animales naturelles (beurre, crème ainsi que la graisse des viandes), des huiles d'olive ou de noix de coco pressées à froid et de qualité ; consommez plus de graisses que d'ordinaire, car votre bébé en a beaucoup besoin.

• Introduisez progressivement des aliments fermentés. Ces derniers sont indispensables, et ce tout particulièrement pendant la grossesse ! Ils permettent en effet une bonne digestion et absorption des aliments et apportent au bébé les vitamines B et K et bien d'autres nutriments.

• Efforcez-vous de vous procurer des produits laitiers de qualité auprès d'une ferme des environs : la valeur nutritionnelle du lait cru et du beurre, des yaourts, du fromage et de la crème fabriqués à partir d'un tel lait est incomparable à celle des laits pasteurisés du commerce. Si vous ne trouvez pas de lait biologique non pasteurisé, remplacez tout simplement le lait par du beurre et des laitages fermentés d'origine biologique, que vous consommerez chaque jour en abondance sous la forme de yogourt entier et de kéfir, de fromage artisanal, crème aigre et de crème fraîche.

• Consommez régulièrement du foie ou d’autres abats. Ce sont les meilleures sources d'acide folique sans parler des nombreux autres nutriments qu'il contient.

• Si votre fonction digestive est normale, vous pourrez consommer en quantité modérée pommes de terre, pain au levain et pains complets maison. N'oubliez pas que tous ces glucides doivent être accompagnés d'une bonne dose de graisses naturelles afin d'en ralentir la digestion et d'en améliorer la valeur nutritive. Ne vous préoccupez pas de ceux qui s'étonneront de vous voir seulement glisser un peu de pain sous votre beurre !

En complément d'une alimentation de qualité, vous pourrez également prendre un bon probiotique pour entretenir votre flore. Néanmoins, une consommation quotidienne abondante d'aliments fermentés pourra vous dispenser des probiotiques vendus dans le commerce.
Prenez en guise d'entretien une bonne huile de foie de morue sans oublier de consommer une fois par semaine des petits poissons gras (sauvages et non d'élevage).

Autres aspects à prendre en compte avant et pendant la grossesse

1. Détoxifiez votre organisme afin de préserver votre bébé

Chaque substance toxique à laquelle la femme enceinte est exposée atteint le fœtus. Dans notre environnement pollué, la majorité des bébés naît avec une charge toxique considérable, qui compromet sa santé et le rend vulnérable, tant physiquement que mentalement. La prise en compte d'un certain nombre d'écueils vous aidera à donner naissance à un bébé moins intoxiqué et donc doté d'une meilleure constitution. Vous pouvez lire dans le livre le chapitre consacré à la détoxication et tout particulièrement la partie traitant de la charge toxique globale de l'organisme. Il est indispensable, pour mener votre grossesse à bien, de préserver au mieux votre organisme des substances toxiques.

Évitez autant que faire se peut toutes les substances chimiques artificielles : produits de soin, parfums, teintures pour les cheveux, produits ménagers chimiques, antibactériens pour les moquettes, produits de nettoyage à sec, produits chimiques sur le lieu de travail, peintures murales, etc. Ce n'est pas le moment de rénover votre logement ou d'acheter des meubles neufs qui introduiraient chez vous une multitude de substances toxiques pour votre bébé. Évitez également les lieux toxiques tels que salons de coiffure, piscines chlorées, centres commerciaux, hôpitaux et tous autres endroits dégageant des odeurs chimiques.

Évitez come la peste les cabinets dentaires ! La plupart des matériaux qui y sont utilisés sont toxiques. Si vous avez absolument besoin d'un soin dentaire, évitez les amalgames et demandez un composite blanc.

Dispensez-vous également, sauf nécessité absolue, de prendre des médicaments ou de passer des bilans : les bilans de laboratoire s'accompagnent souvent de la prise de médicaments et autres soins médicaux.

Prenez le temps de passer très sérieusement en revue tout ce qui pourrait, dans votre environnement quotidien immédiat, nuire à votre bébé : radiations, pollution, lignes à haute tension, eau de mauvaise qualité, etc., et prenez les mesures nécessaires.


2. Profitez de votre grossesse !

Dès le moment de la conception, votre bébé doit être votre priorité, tout le reste n'étant que secondaire. Quels que soient vos projets, posez-vous systématiquement cette question : "Quel sera l'impact sur mon bébé ?" Qu'il s'agisse d'un nouvel emploi, de vacances, d'un déplacement pour séjourner chez des parents ou des amis, tout sera fait (ou annulé) dans l'intérêt du bébé. Ménagez-vous en n'essayant pas de trop en faire.

Essayez de maîtriser vos réactions dans la vie de tous les jours, de rester calme et philosophe. Du bon sens, de l'humour peuvent faire des merveilles dans des situations éprouvantes. Évitez les personnes susceptibles de vous faire sentir incompétente, de vous culpabiliser ou de vous attrister. Recherchez plutôt la compagnie de ceux qui vous rendront heureuse et épanouie.

Un bon sommeil est indispensable. Ménagez-vous un lit moelleux et confortable, dans lequel vous pourrez bien dormir, en particulier vers la fin de votre grossesse. Et faites chaque après-midi une sieste, indispensable pour la femme enceinte ! Planifiez vos journées de manière à vous réserver ce temps de repos même si vous ne dormez pas.

Des promenades quotidiennes au grand air font également partie de l'hygiène de vie de la femme enceinte. Marcher à une allure confortable dans un environnement agréable constitue le meilleur exercice.

3. Préparez-vous en vue de la naissance et de l'allaitement

Dans les sociétés plus anciennes, les femmes se préparaient en vue de la naissance. Pour préparer votre vagin vous devez l'ensemencer avec une flore bénéfique. Pour cela, appliquez chaque jour, après la douche ou le bain, une poignée de votre yogourt ou kéfir maison sur l'ensemble de vos parties génitales ainsi que sur vos seins et vos aisselles. Laissez le kéfir ou le yogourt sécher avant de vous habiller. Une fois par semaine, introduisez au moment du coucher une gélule d'un probiotique de bonne qualité dans votre vagin (vous pouvez également laisser pendant quelques minutes un tampon de coton imbibé de kéfir ou de yogourt dans votre vagin).

Ainsi ensemencées, ces zones seront protégées contre toute colonisation pathogène et lors de la naissance, votre bébé récoltera une partie de cette flore bénéfique. Poursuivez ainsi après la naissance, car cet ensemencement de vos seins et de vos aisselles préviendra les risques de mastite et apportera des probiotiques à votre bébé.

Après la naissance, reportez-vous à la page «Naissance»